Conflit au Conseil européen

À la suite de la conférence de presse du Conseil Européen, les pays semblent plus divisés que jamais, particulièrement la Pologne et l’Autriche, sur la question de Daesh.

La Pologne a exposé son plan pour diminuer l’influence de Daesh: elle souhaite s’attaquer à leurs sources principales de financement.

La Pologne et ses alliés commenceraient par lancer une investigation pour découvrir qui achète du pétrole provenant des puits contrôlés par Daesh, et qui finance l’organisation par l’entremise d’entreprises, de contrats ou même directement. De plus, la Pologne planifie geler les comptes bancaires de ceux qui encouragent l’État Islamique, incluant l’Irak et le Qatar.

Lorsque Le Parisien a demandé au délégué polonais s’il considérait l’effet d’une telle action sur les relations internationales avec le Moyen-Orient, il a répondu qu’il favorisait la sécurité de la population polonaise plus que leur relations internationales.

L’Autriche a émis plusieurs commentaires négatifs à l’égard de la Pologne et de leur résolution. Le pays a principalement déploré le fait qu’elle ne croit pas que la paix sera possible en engageant une guerre commerciale avec le Moyen-Orient. La Russie et la France ont accordé leur support à la résolution de la Pologne. L’Autriche travaille sur une résolution pour le partage de données qui inclut des pays non- membres de l’espace Schengen. Ce partage de données consiste en une expansion du Système d’Information Schengen (SIS) afin de mieux traquer des supposés membres du Daesh qui voyagent en Europe.

La France a manifesté son désaccord vis-à-vis la résolution de l’Autriche. Elle a également critiqué le manque d’action militaire du pays au Moyen-Orient. Il sera définitivement intéressant de voir quelles seront les résolutions adoptées lors du Conseil Européen. Les deux résolutions ont de bons appuis.

La balance tournera en faveur de la délégation qui sera capable de mobiliser le plus de pays autour de sa résolution. Cependant, il semble clair que les conflits entre la Pologne et l’Autriche ne sont pas près de finir et risquent d’avoir un impact sur le vote final.

MISE À JOUR : Hier soir, le Conseil Européen a adopté toutes les trois résolutions proposées devant son conseil. La première résolution inclue la Finlande, la Malte, l’Irlande et la Slovénie ont choisi d’adopter un angle pacifique afin de régler le problème du Daesh. Leur résolution consiste à construire des écoles dans les pays visés par le terrorisme pour empêcher la radicalisation. Ils veulent collaborer avec des organismes d’aide humanitaire afin d’arriver à ce but.

La deuxième résolution créé par l’Autriche, la Suède, l’Allemagne, le Luxembourg et les Pays- Bas a une approche plus militaire au problème. Elle vise le contrôle des frontières internes et externes des pays membres. Ils veulent relier ces deux aspects avec le SIS, en donnant a des pays non-membres du Conseil Européen l’accès au SIS. La troisième résolution a été écrite par la Pologne, la Hongrie, l’Italie, la Belgique et la Roumanie.

Après un fusionnement entre deux ébauches de résolution, la résolution adoptée veut amener de l’aide militaire aux pays. Ils veulent également bloquer le financement du Daesh, comme mentionner au-dessus. Il faut noter que, malgré les conflits plus tôt dans la journée, les résolutions ont été adoptées avec une grande majorité. Il semble que la diplomatie a triomphé ce soir.

Le Parisien